Un dimanche à Catembe, 01 octobre 2007

Sur le bac vers Maputo-01oct2006Retour vers Maputo-01oct2006Retour sur le bac-01oct2006Près des docks, Maputo-01oct2006Nous sur le bac-01oct2006Maputo vue de Catembe-01oct2006Maputo la baixa-01oct2006lesmmesetunintrus01oct2006.jpgJoseph à Catembe- 01 oct 2006Fred et Joseph sur le bac-01oct2006Fred a peur de l'eau tandisque Joseph reste tranquillement assis-01oct2006Foule bigarrée attendant le bac à Maputo-01oct2006Didier et Jessica-Catembe01oct2006Didier et Jessica-01oct2006Catembe-01oct2006

 

Nous voilà partis, avec nos amis Jessica et Didier,…. motivés pour affronter la foule du débarcadère à pied, plutôt que de mettre la voiture sur le bac. Nous ne savons absolument pas ce que nous trouverons de l’autre côté de l’estuaire, mais vu le nombre de voitures qui s’entassent sur le bac (c’est d’ailleurs à se demander si nous n’allons pas couler!), et n’ayant pas la patience d’attendre les bacs suivants, nous abandonnons l’idée de hisser notre pick-up sur l’embarcation. Bien nous en prit, en définitive, puisqu’à la sortie de la digue, une voiture-safari découverte, attend de potentiels clients du seul hôtel qui semble exister. Elle est donc pour nous!

Après plusieurs kms de piste sableuse, qui nous donnent l’impression d’être partis très loin de Maputo, nous arrivons à l’hôtel-restaurant (un gros bloc de béton affreux!), perché au-dessus de la plage.

En face, la ville s’étend sur les berges. Le panorama offre un autre point de vue sur la ville. Elle semble moderne avec sa sihouette hérissée de tours.

En contre-bas, la plage. Nous nous étendons pour la sieste à l’ombre de petites paillotes. Fred et Joseph en profitent pour prendre un bain de mer. L’eau semble moins sale, même si elle reste aussi maron qu’en ville. Mais, cela nous paraît normal puisque le fleuve s’y jette.

En fin d’après-midi, pour le retour, le débarcadère est noir de monde. Nous devons jouer des coudes pour nous frayer un chemin à travers la foule à demi-éméchée du dimanche.

Un concert a lieu sur la plage de la Marginale (au pied de la maison), et les allers et venues sont sans doute plus fréquentes que de coutume…. et plus alcoolisées !

Les gens, jeunes, vieux, femmes et hommes, se promènent en famille ou entre amis, une bouteille à la main. Certains ne tiennent pas droit et risquent à chaque mouvement du bac de passer par dessus bord! D’autres, ayant trop abusé, sont malades… Bref, c’est la grande kermesse!

Inutile de dire que la foule s’intensifie quand on arrive sur la digue, puis dans les rues.

Nous voilà confrontés à des embouteillages monstres pour rentrer chez nous… puisque la rue Marginale est bloquée pour le concert. Nous prenons une petite rue adjacente, relativement étroite, où les voitures, sur 2 files, marchent au pas…. mais où certains, se croyant sans doute plus intelligents que d’autres, ne trouvent rien de mieux que d’essayer de doubler!!!! ce qui résulte de 2 files en sens unique et par conséquent d’un blocage encore plus important… nous n’aurons, jusque là, jamais mis autant de temps pour rentrer chez nous. (On se croirait à Tana!)

Arrivés à la maison, nous décidons d’aller voir de quel concert il s’agit. La foule est extrêmement dense et encore plus alcoolisée que sur le bac! Nous devons passer par la plage, car ils ont mis le feu aux arbres sur les bas côtés de la route (eh, oui!). Le sable est jonché de détritus de bouteilles. Nous ne parviendrons pas à avancer plus que sur 500 mètres, la foule devenant trop compacte et un rien d’agressivité flotte dans l’air… Nous n’entendons rien du concert qui se déroule au bout de la rue sur une estrade. Les gens que l’on croise, portent parfois une radio à leur oreille.

Cette petite escapade, à Catembe, nous a permit de changer d’air et d’avoir l’impression d’être partis loin…. c’est déjà ça, comme le dit la chanson !

0 commentaires à “Un dimanche à Catembe, 01 octobre 2007”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



UNE PASSION L' EGYPTE |
Benjamin Sylvander |
365 jours pour tout connaît... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les CM1-CM2 de Soussac
| Un nouveau départ
| Une année en Finlande